Le compte à rebours des Eurocks 2019

Les Eurockéennes de Belfort ont désormais passé le cap des trois décennies. Prévue du 4 au 7 juillet 2019, sur quatre jours, la 31e édition a lancé son compte à rebours. Ce sont cinquante-sept noms qui ont été livrés lors d'une conférence de presse. À l'heure où des festivals d'été anticipent sur leur programmation, la communication des Eurocléennes est établie de sorte à ne pas tout précipiter, se donnant une marge pour tout finaliser. La dizaine de propositions restantes seront dévoilées d'ici à quelques semaines...

"Les Eurocks sont un temps de vie où il arrive souvent des anecdotes ; Autant que ce temps de vie soit le plus émotionnellement fort et qu'il soit un temps d'échange" (Jean-Paul Roland, directeur des Eurockéennes).

Tandis que l'industrialisation des festivals se répand, les Eurockéennes ne quitte pad le périmètre d'une façon de faire associative, raccord aux valeurs prodiguées par ses initiateurs territoriaux du département. Le mot d'ordre pour cette année suggère au festival d'être une manifestation de "rock solidaire". Cela passe par des démarches altruistes dans des opérations autour de l'environnement, de la culture pour tous ou de l'accessibilité. Il s'agit de faire changer les regards par exemple sur les personnes en situation de handicap. Cela s'inscrit dans une continuité chère à Jean-Paul Roland. Le directeur des Eurockéennes fait en effet de cette thématique une ligne prépondérante et évolutive depuis un certain nombre d'années. L'expérience montre que les festivaliers sont disposés à regarder leur voisin avec bienveillance. Les acteurs périphériques des Eurockéennes peuvent ainsi avancer sans user de moralisation culpabilisatrice. Notamment, une buvette sera tenue par des serveurs atteints de troubles auditifs. "Pour y commander une bière il faudra effectuer un effort rudimentaire du langage des signes", convient Jean-Paul Roland. Le festival s'attèle à ses mises en œuvre grâce à des partenaires technologiques et à des artistes "proches de cet esprit-là".
 
es extrémités du public actuel des Eurockéennes de Belfort rassemblent d'une part les primo arrivants, collégiens de plus en plus féminins. Pour les satisfaire, les organisateurs se tournent vers la nouvelle forme diligente d'un rap teinté d'électro mélodique. Un style musical sans albums physiques. "Dans ce hip hop on voit des artistes arriver très rapidement", constate Jean-Paul Roland. De quoi enrichir les Eurockéennes en diversité. À l'autre bout, les seniors. La programmation tient également compte de ces de ces insatiables routards tout en injectant une dose de curiosités. Les empreintes transitoires entre les âges et les tendances sont ponctuées par le revival ou les valeurs sûres du rock. Pêle-mêle, Mass Hystéria revient au-delà de son album paru fin 2018. Le groupe proposera un projet spécial. À noter la présence des Smashing Pumpkins dans une résurgence attendue depuis longtemps. Plus stupéfiant, Slash, l'ex-guitariste de Guns 'N Roses qui n'avait encore jamais pincé ses cordes sur la presqu'île du Malsaucy est au programme. La Suprême NTM passera par les Eurockéennes sur sa tournée d'adieu. Le sulfureux duo connaît bien le festival pour y être déjà venu ensemble et séparément. Les doyens de la 31e édition des Eurockéennes sont les Stray Cats ! Ce groupe de pur rock'n'roll originel en quarante ans de carrière n'avait toutefois pas sorti de nouveau disque depuis vingt-cinq ans, jusqu'aujourd'hui.
En conférence de presse, Kem Lalot se félicitait d'intégrer quatorze pays à la sélection dont deux nouveaux font leur entrée dans la liste : la Corée du Sud d'où le programmateur a eu à cœur d'importer une mouvance différente que la dominante k-pop. Et le Zimbabwe, dont l'artiste nous libèrera un slam tranchant.
 
Le catalogue s'ouvre vers une profondeur de l'espace sonore. Et les organisateurs ont souhaité relancer l'expérience du one man show au milieu de l'offre musicale. Le Conte de Bouderbala a accepté d'investir une scène des Eurockéennes pour la seconde fois. Un défi que relèvera aussi Malik Bentalha. Oui un défi. Car produire un artiste qui parle en stand up sous le chapiteau et ses lumières pour concert, plus une acoustique orchestrale, demeure particulier. Le relationnel a pu convaincre les deux comiques. "Ce sont leurs potes qui jouent sur scène", se réjouit Jean-Paul Roland.

LA FORMULE NORMATIVE
Le format quatre jours est posé. Le festival est désormais calqué sur cette base pourvu qu'il y ait assez d'artistes pour occuper le créneau. Le jeudi qui fait office de prélude s'imprime dans la tête des gens, au point que ça n'a fait grand sujet lors de la conférence de presse. Pourtant, si la dynamique est lancée afin de continuer en ce sens, rien n'est acquis indéfiniment. Il faut pouvoir obtenir les groupes. "On ne s'interdit rien", tempère Kem Lalot, programmateur des Eurockéennes, qui  préconise la prudence. Pour lui, ce n'est pas un objectif absolu. Lorsque nous l'interrongeons sur cette thématique, Il nuance : "Mieux vaut avoir une succession de trois jours qualitatifs plutôt que quatre jours édulcorés".En attendant, l'édition 2019 tient ses quatre jours même si les organisateurs ne dorment pas sur leurs lauriers. Des formules alternatives sont réfléchies si à l'avenir il y a besoin de s'adapter.
 
 
Fred D Rico
le 06 mai, 2019
Connectez-vous pour commenter