La Protection Civile du Doubs en aide aux sinistrés d'IRMA

 L'Association Départementale de la Protection Civile du Doubs a mobilisé une équipe pour venir en aide aux sinistrés des Antilles suite au passage du cyclone "IRMA"...

 

Une équipe de la Protection Civile quitte le Doubs ce jeudi 14 septembre pour un vol aux Antilles prévu vendredi vers midi de Paris.
Les équipes de la Protection Civile de la Martinique sont déjà sur place depuis mercredi 13 septembre au matin.

 

La mission de la Protection Civile sera :
- d'aider la population, 
- déblaiement, 
- mise en place de soutien socio-psychologique, 
- possibilité d'ouverture de centres d'hébergement d'urgence sur la Guadeloupe.

A noter que monsieur Siegrist, Vice-président de l'association départementale de la protection civile du Doubs, partira seul du Doubs dans un premier temps, les autres équipiers sont en pré-alerte. Il rejoindra monsieur Bernard Laurent, ancien président de l'ADPC 52 et un équipier secouriste du Jura.

La protection civile de toute la France a permis l'envoi de plus de 3 tonnes de frêt par avion cargo dans le cadre du partenariat EDF / Enedis.

Concernant le Doubs, la protection civile stocke du matériel Secours aux Populations sinistrées "SPS" dans les locaux de la protection civile de Dijon, qui est une plate-forme où est stocké le matériel "SPS" de la Fédération Nationale de la Protection Civile.
Un détachement de 22 bénévoles de la protection civile arriveront donc à Saint-Martin samedi matin pour une mission de 14 jours pour assister la population sinistrée.
Ce détachement viendra renforcer les 10 bénévoles de la protection civile de Martinique déjà engagés sur place.

Les équipes des ADPC sur place sont chargées des missions suivantes :
- de dégagement, déblaiement des infrastructures et habitations impactées et support techniques en ce domaine
- d’aide à l’habitabilité permettant un retour à une situation acceptable
- de soutiens aux populations (participation distribution d’aide d’urgence (eau, vivres) et aide au retour à la vie normale sous des formes les plus multiples
- de l’organisation et de participation à la mise en place de cellules de soutien socio-psychologique
- de formation et d’accompagnement des populations sur place afin qu’elles puissent participer activement à la résilience par ces populations durement touchées.

le 13 septembre, 2017
Connectez-vous pour commenter