Billy Fumey s'en prend aux cravatés de la République !

"Devant l'inconscience et l'intolérance d'une grande majorités des élus francs-comtois à l'encontre des langues minoritaires de la Franche-Comté, territoire historique qu'ils sont censés représenter dans son ensemble, le moment est venu d'agir et de dénoncer aux yeux de tous le mépris dont nous sommes victimes" s'insurge Billy Fumey...
 

 

"Langues minoritaires en Franche-Comté : les droits culturels violés !

 

Je m'exprime ainsi aux noms des locuteurs et des sympathisants des deux langues minoritaires de la Franche-Comté - franc-comtois et francoprovençal - pour la défense de nos droits culturels. Je rappel également que nos deux langues minoritaires sont aussi des langues internationales, puisque parlées en France, en Suisse et en Italie. Le respect de nos droits culturels vont ainsi bien au delà de nos frontières et nous avons pleinement consciences de notre patrimoine commun européen, base quelque peu oubliée dans l'édification de l'Union Européenne.

Pour le seul fait que l'accès aux langues minoritaires n'est pas assurés par les élus que nous avons désignés, notre droit est ainsi diminué, voir inexistant, par rapport à d'autres territoires. L'article 1 des Droits de l'Homme ainsi que celui des Générations futures sont ainsi violés et bafoués par les élus de la Franche-Comté.

Alors oui, nous sommes bien en droit d'apprendre ou non les langues de notre territoire, mais notre droit n'est pas complet dans la mesure où celui-ci n'est que factice, car non protégé. Nous, locuteurs du franc-comtois et du francoprovençal, sommes victimes de l'oublie et la négligence. Nos langues ne sont pas un folklore, elles sont une culture, vivante et riche.

J'ai les preuves, écrites et orales, datées et signées, du désengagement volontaire des élus à sauvegarder et promouvoir les langues minoritaires de Franche-Comté, alors que des solutions leurs sont pourtant proposées. Pourtant, nombreux encore sont les initiatives de collectage, de création, de transmission et de partage des langues. Mais parce que ces initiatives ne sont pas portées par les élus, Région et Départements en tête, elles en deviennent des actes isolés et tombent dans l'oublie.

J'invite donc nos chers cravatés de la République à aller dans les communes, surtout les villages et les hameaux. Ils trouveront là bas des trésors ! Trésors de mémoires et de vies dont la langue a été une des première richesse acquise. Mais beaucoup ne répondront pas à mon invitation, car l'électorat n'est pas assez important là bas. Alors je leur adresse d'avance un « Koues-te « énergique et sincère !

C'est donc sur cette mesure que nos droits à l'accès à l'apprentissage, le pratique et la transmission de nos langues minoritaires sont violés ! Des réponses doivent êtres apportées et les élus ainsi que les médias qui assurent la communication de l'information n'ont donc plus le droit à la fuites devant le débat sur la place légitime de nos langues minoritaires dans notre sociétés.

J'en appel donc les médias nationaux et internationaux, les communes, les écoles, les associations, les artistes et bien sur les locuteurs des langues minoritaires en France et en Europe, à transmettre mon communiqué dans le seul but du maintien de la diversité linguistique et culturelle en Franche-Comté, du patrimoine commun européen et de la différence, aussi riche qu'elle soit."

Billy Fumey

Artiste franc-comtois

 

Mais qui est donc Billy Fumey ?

Guitariste autodidacte, parlant francoprovencal, ce jeune salinois de 21 ans à l'accent bien de chez nous, c'est lancé dans un paris fou : redonner ses lettres d'or au folk franc-comtois !...

C'est un patrimoine vieux de plusieurs siècles qui Billy Fumey s'est amusé à dépoussiérer, mais aussi à moderniser, jusqu'à recréer entièrement un nouveau répertoire grâce à des compositions originales.
Une initiative pleine d'énergie qui vient enrichir une musique ignorée par ses principaux intéressés !
Chaque chanson est une ode à la Comté, à ses paysages, ses villes, ses légendes, ses langues et son histoire. Entre balades amoureuses, chansons historiques et riôles patoisantes, Billy Fumey renoue ainsi avec un grand passé de créations musicales populaires, l'engagement culturel en plus.
Sa première scène ouverte, en août 2011 à Salins-les-Bains, a précipité son projet. Encouragé par son succès, son premier album, baptisé "Utinam", en référence à la devise de Besançon et à Charles Quint, a été annoncé pour le 1er février 2012.
Au total, 7 titres (Au sommet du Poupet, Ma belle capitale, Utinam Vesontio, Ma Belfortaine, Fée Verte, Tot béloma, Un enchantement à Ornans) qui devraient apporter une nouvelle conscience des valeurs de l'art musical comtois, festif, en quête de reconnaissance et de partage.

Page officielle FaceBook : Billy Fumey, Folk franc-comtois
le 01 février, 2013
Connectez-vous pour commenter