Quand restauration rime avec insertion

Suite à la visite du chantier d’aménagement paysager réalisé en avril 2005 au centre d’hébergement du Roseau de Besançon et à la découverte en mai du " Potager Fleuri " au Parc de la Clairière à Besançon, Gilles Gomot, directeur des Chantiers Départementaux, nous invite à découvrir une autre facette des activités de l’association : les travaux de restauration du patrimoine...

Classée dans la catégorie du PPRNP (Petit Patrimoine Rural Non Protégé), la Fontaine à Colonne de Mamirolle, entourée d'un pavage, a connu de nombreuses évolutions. Lors de la pose des premières pierres en 1778, elle était alors composée de 2 bassins distincts. Suite à leur réunion, une colonne est placée en son centre en 1828, créant l’ensemble que l’on connaît aujourd’hui. La restauration de cet élément phare du patrimoine mamirollais a été impulsée par Jacques-Henry Bauer, Maire de Mamirolle. Sensibilisé aux activités d’accompagnement socioprofessionnel mené par les Chantiers départementaux  et très satisfait des travaux réalisés précédemment dans sa commune, il a tenu à ce que l’insertion fasse partie intégrante du projet. Ce chantier, au même titre que les 11 autres en cours engagés par l’association, connaît le passage progressif des anciens contrats aidés (Contrat Emploi Solidarité et Contrat Emploi Consolidé) aux nouveaux types de contrat que sont les Contrats d’Avenir (CA) et surtout les contrats d'accompagnement dans l'emploi (CAE).

Organisé en plusieurs phases, le chantier de Mamirolle a mis en oeuvre des compétences diversifiées et une main d’œuvre importante. Maçonnerie, taille de pierre et pavage ont été pratiqués par les deux équipes d’ouvriers sous les regards professionnels et avisés des chefs de chantiers Franck Ducaire et José Martinez (Carlos Simoes a réalisé un mois auparavant la réfection d’un mur en pierre délimitant une propriété privée et un trottoir)
Suite à la dépose des anciens pavés, un décaissement a été effectué afin d'établir un socle stable, tandis que des tranchées ont été creusées pour accueillir les nouveaux aménagements extérieurs de la fontaine. La pose du nouveau pavage sur 100m2, pierre par pierre, doit respecter la régularité des espacements et la planéité. Un réseau électrique a été enterré permettant d'intégrer un système d'éclairage au sol et de mettre ainsi en valeur le monument. De plus, l'installation des canalisations et d'un nouveau système d'alimentation d’eau en circuit fermé favorise dorénavant une très faible consommation d’eau. Quant à la fontaine, le sablage lui a redonné ses couleurs de jeunesse tandis que les finitions en résine ont permis de consolider les parties les plus abîmées et de redonner une étanchéité à la fontaine. Pour finir, les plus observateurs pourront apprécier la verticalité parfaite de la colonne et l'ajustement en son milieu de la boule qui la surplombe.
Les travaux de restauration, indispensable à la sauvegarde du patrimoine, bénéficient d'une image positive auprès du public. Ainsi, la noble tâche assurée à Mamirolle permet de ne plus percevoir les employés des Chantiers Départementaux uniquement comme un "public en insertion", mais de considérer les compétences de personnes qui prennent en charge la mémoire d'un lieu en faisant revivre un élément de l'architecture locale.
Laura Franco
le 03 octobre, 2005
Connectez-vous pour commenter