Philippe Anota : une étoile au sommet d’interprétation

C'est à Morteau, ville où la nature semble avoir imprimé son rythme à la vie locale, que Philippe Anota, danseur étoile international, a fait le choix de s'installer pour préparer son prochain ballet intitulé "Du classique au contemporain"...

 

Avant même d'intégrer le conservatoire de Paris, à l'âge de 15 ans, Phlippe Anota porte en lui la certitude que la danse l'accompagnerait tout au long de sa vie. Mais il était loin de se douter qu'elle l'emmènerait aux quatre coins du monde, du Japon au Brésil en passant par le Canada.

L'exigence, la passion et le dépassement de soi l'ont conduit sur les plus hautes marches de l'univers de la danse. Premier prix au concours du conservatoire de Paris, premier prix au concours international de Lausanne, sa carrière se construit dans les plus grands corps de ballet à commencer par l'Opéra de Paris. Il s'engage également dans de nombreuses compagnies à renommée internationale tel que les Ballets du Rhin, l'Opéra de Bale, les Ballets de Stuttgart ou encore ceux de Monte-Carlo. Parmi ses partenaires, il compte notamment Patrick Dupont et Rudolf Noureev, tandis que ses dernières années ont été marquées par le remarquable travail effectué avec sa partenaire Sophie Marquet
A la confluence du métier de l'acteur et de la maîtrise technique du danseur étoile se situe la performance de Philippe Anota. Semblant vivre les histoires qu'il interprète, il provoque parfois des émotions à couper le souffle, tant les sentiments exprimés sont intenses.
Le ballet actuellement en préparation réunira sur scène Philippe Anota et les deux danseuses Emilie Lemoine et Andrée-Anne Garnier. La particularité de ce spectacle réside dans le dépassement des clivages entre classique et contemporain. Durant 1h15, les spectateurs navigueront entre la perfection de Saint-Saëns, les rêveries fragiles de Wong Karm-Wai et les sonorités africaines de Youssou n'Dour. Une riche soirée qui enchantera tous les publics, initiés comme amateurs !
Laura FRANCO
le 01 novembre, 2005
Connectez-vous pour commenter