Le Musée d’Eternoz a déménagé

Crée en 1985 par Gustave Lafond pour préserver la mémoire des métiers franc-comtois disparus, sa superficie devenue trop exiguë impliqua un transfert à  dans le Jura. Au sein de cette nouvelle structure plus spacieuse sera reconstituée la vie d’autrefois à travers des métiers et des personnages grandeur nature présentés en situation. Un voyage fantastique et étonnant dans le quotidien de nos aïeux...

 

Début 2006, les visiteurs Franc-Comtois et d’ailleurs pourront découvrir d’abord au rez-de-chaussée une rue des métiers, le long de laquelle des personnages en cire inviteront petits et grands à apprécier le charme des métiers d’antan. Un espace qui évoquera le travail des paysans, les activités quotidiennes des tonneliers ou bien encore les étapes de fabrication chez le tuilier. Un extraordinaire musée aménagé  et organisé en deux parties : un premier niveau accessible dès l’ouverture et en 2007 un étage consacré à une diversité de métiers du XXème siècle.

Changement d’adresse et de nom
Rien ne change dans l’exposition des vieux métiers si ce n’est le lieu et son appellation. L’aménagement dans un nouveau secteur, Mesnay dans le Jura, remonte au premier trimestre 2005 et le Musée des Métiers Ruraux est devenu l’Ecomusée du Carton et des Métiers. Le public pourra visiter en toute liberté, avec ou sans guide, des milliers de pièces : l’atelier du sabotier, les tâches du cordonnier, le travail des gens de la forêt… La protection et la mise en valeur des machines utilisées il y a quelques décennies font partie des objectifs de Gustave Lafond. Une manière de figer ces collections dans le temps. Ce passionné veille à prendre soin du patrimoine franc-comtois ‘‘afin qu’il soit encore une découverte pour les prochaines générations.’’, souligne-t-il. Dans le site industriel de 3000 m2 où seront disposés des milliers d’outils, les visiteurs pourront en arpentant les allées se laisser transporter dans l’univers de leurs ancêtres. De prodigieux artisans habiles de leurs mains pour faire du pain de qualité ou fabriquer le papier feuille par feuille manuellement seront exposés. Un savoir-faire incontestable que supplanta progressivement l’industrialisation.

L’identité du passé
L’Ecomusée du Carton et des Métiers tiendra un rôle déterminant dans la connaissance et la sauvegarde des machines. Au cœur des préoccupations de Gustave Lafond : transmettre au public le goût des objets anciens, marque indélébile d’une société soucieuse du travail bien fait à l’aide d’outils jugés aujourd’hui désuets. C’est une page de l’histoire des métiers de la Franche-Comté qui sera ouverte à tous dès l’an prochain. Les collections viennent d’Amancey et des villages voisins, de zones au delà d’Ornans, de Haute-Saône et du Jura. Le transport de ces pièces s’effectua au compte-gouttes en camion. Il s’agissait de ne rien précipiter pour ne rien endommager. Le musée d’Eternoz sera reconstitué à l’identique avec une nouveauté : un centre de documentation sur le quotidien des travailleurs et des artisans du siècle passé.Se rapprocher le plus possible de la vérité est le cheval de bataille de Gustave Lafond.
Marie-Lou PIRES   
NDR : Notons que le musée va laisser place à de nouvelles activités artistiques : un atelier de stylisme couture, par Valérie BRETIGNE-PROST, et une galerie tenue par le peintre sculpteur Philippe PROST.
le 01 novembre, 2005
Connectez-vous pour commenter