SKI : ATTENTION AUX ENTORSES DU GENOU

Pour profiter des plaisirs de la neige comme il se doit, une bonne préparation physique et le respect de quelques règles de sécurité peuvent s’avérer salutaires. Cependant, vous vous posez peut-être encore des questions.

 

 

Une lésion fréquente
Les entorses et fractures représentent plus de 60 % des accidents constatés lors des sports d’hiver. Tristement célèbre, l’entorse du genou s’accompagne, dans un cas sur deux, de la rupture du Ligament Croisé Antérieur (LCA). Les femmes sont les plus exposées à ce risque. A cela deux raisons : la forme du genou féminin et souvent une condition physique moindre. La rupture de ce ligament survient à la suite d’un mouvement de torsion ou lors de chutes banales - descente du télésiège, faute technique - fréquentes chez les débutantes. L’intervention chirurgicale s’impose alors, suivie d’une longue période de rééducation. La gêne ressentie ultérieurement dans la vie courante limite la pratique de certains sports et peut évoluer vers une arthrose précoce du genou.

Le bon réglage des fixations
A chaque séjour, les professionnels du ski sauront régler et ajuster vos fixations. Selon le réseau des médecins de montagne, seules 9 % des fixations sont ajustées correctement. Le bon professionnel prend en compte vos caractéristiques personnelles avant de procéder au réglage (sexe, poids, longueur de la semelle de la chaussure, profil du skieur).

Une bonne préparation physique
Pour diminuer les risques, une activité physique régulière est conseillée : VTT, footing, natation sont bénéfiques. A défaut, préparez votre corps en vous musclant : pratiquer la marche, monter et descendre les escaliers, courir pour entretenir son endurance, effectuer des exercices de gymnastique, faire des étirements...
Il est tout aussi important de veiller à son alimentation. N’hésitez pas à augmenter votre consommation de fruits et légumes. Privilégiez également pâtes et féculents pour leur contenance en sucres lents.

Pendant le séjour : Protégez-vous du froid
Quelles que soient les conditions météo, couvrez-vous entièrement. Portez un bonnet et surtout des gants qui vous protégeront aussi des blessures en cas de chute. Choisissez des vêtements chauds et étanches. Anoraks et blousons doivent isoler du vent et de l’humidité. Préférez les tee-shirts de coton et des pulls en laine aux synthétiques. Enfilez-en plusieurs plutôt qu’un seul épais : vous pourrez vous dévêtir ou vous recouvrir en fonction des variations de température et de votre activité au cours de la journée.

Apprivoisez le soleil
Même par temps gris, et quel que soit votre type de peau, une crème solaire anti-ultraviolets A et B est indispensable.
Ne partez pas sur les pistes le ventre vide. Prenez un solide petit déjeuner. Le grand air, le froid, les efforts physiques augmentent les besoins nutritionnels. Emportez de petites provisions énergétiques (barres de céréales, pâtes de fruit …) et pensez à boire régulièrement pendant et après l’effort.

Echauffez-vous
Avant de chausser, effectuez en haut de la première remontée mécanique quelques mouvements d’échauffement pour étirer les muscles et pour la première descente choisissez une piste facile. Ne dépassez jamais vos limites : la plupart des accidents sont liés à une mauvaise préparation ou à la fatigue. Pour vous orienter, procurez-vous un plan des pistes et informez-vous de la météo.


Pour plus d’informations, consultez le site internet des Médecins de Montagne : www.mdem.org

{mospagebreak}

Les 10 règles de bonne conduite du skieur et du snowboarder

1. RESPECT D'AUTRUI
Tout skieur et snowboarder doit se comporter de telle manière qu'il ne puisse mettre autrui en danger ou lui porter préjudice.
2. MAITRISE DE LA VITESSE ET DU COMPORTEMENT
Tout skieur et snowboarder doit skier à vue. Il doit adapter sa vitesse et son comportement à ses capacités personnelles ainsi qu'aux conditions générales du terrain, de la neige, du temps et de la densité de la circulation des pistes.
3. MAITRISE DE LA DIRECTION
Le skieur et snowboarder amont, dont la position dominante permet le choix d'une trajectoire, doit prévoir une direction qui assure la sécurité du skieur et snowboarder aval.
4. DEPASSEMENT
Le dépassement peut s'effectuer, par amont ou par aval, par la droite ou par la gauche, mais toujours de manière assez large pour prévenir les évolutions du skieur et snowboarder dépassé.
5. PÉNÉTRER ET S'ENGAGER SUR LA PISTE AINSI QUE VIRER VERS L'AMONT
Tout skieur et snowboarder, qui, pénètre sur une piste de descente, s'engage après un stationnement ou exécute un virage vers l'amont, doit s'assurer, par un examen de l'amont et de l'aval, qu'il peut le faire sans danger pour lui et pour autrui.
6. STATIONNEMENT
Tout skieur et snowboarder doit éviter de stationner sans nécessité sur les pistes dans les passages étroits ou sans visibilité. En cas de chute, le skieur et snowboarder doit dégager la piste le plus vite possible.
7. MONTÉE ET DESCENTE À PIED
Le skieur et snowboarder qui monte ne peut utiliser que le bord de la piste. Il en est de même du skieur et snowboarder qui descend à pied.
8. RESPECT DU BALISAGE ET DE LA SIGNALISATION
Tout skieur et snowboarder doit respecter le balisage et la signalisation.
9. ASSISTANCE
En cas d'accident, tout skieur et snowboarder doit prêter secours.
10. IDENTIFICATION
Toute skieur et snowboarder, témoin ou partie responsable ou non d'un accident, est tenue de faire connaître son identité.

Source : Fédération Internationale de Ski, Congrès 2002.


 

le 01 février, 2006
Connectez-vous pour commenter