Histoire locale

Samedi 15 septembre 2007 à l’occasion des Journées Portes Ouvertes, les Archives du Doubs permettront au public de découvrir les coulisses du bâtiment qui leur sont habituellement inaccessibles, celles-ci abritant 20 kilomètres linéaires de rayonnages du dépôt d’archives et trois ateliers techniques (reliure, restauration, photographie).
Après deux années de collaboration fructueuse dans le domaine culturel, les associations 5 Sens et Ahimsa-Line ne font plus qu’une. Réunies sous le nom de 5 Sens, elles réitèrent le festival pluridisciplinaire “Ça s’Joux au Château” le 31 août et le 1er septembre 2007.
La Communauté de Communes du Larmont en partenariat avec le Ciné-club Jacques Becker de Pontarlier, Cinévasion, la Ligue de l’Enseignement, l’Institut Régional de l’Image et du Multimédia organisent le premier festival de cinéma médiéval “Des histoires au château”. Les 16, 17 et 18 juillet seront l’occasion pour vous de visionner ou revisionner des oeuvres du septième art dans la cour d’honneur du Château de Joux. Certaines séances se dérouleront au théâtre Bernard Blier. En cas d’intempéries, tous les films seront projetés au théâtre. La séance est fixée à 3 euros.

Jacques Rittaud-Hutinet, historien et auteur spécialisé dans le cinéma, né à Besançon en 1947, domicilié à Saône.

Trois de ses dessins, encadrés et accrochés au premier étage de sa maison de Scey-en-Varais côtoient avec fierté des eaux-fortes, des esquisses et autres peintures d’artistes de renom. Des sculpteurs Georges Oudot et Jean Tinguely à l’illustrateur de magazine de mode américain Urs Landis, du créateur des Folies Bergères Erté à Jean-Paul Goude, Marcel Mille parcourt cette galerie personnelle avec émotion, revient sur les rencontres et découvertes qui ont jalonné sa vie, qui l’ont construit. Pour enfin nous conduire au centre névralgique de la création : son atelier...
Trois familles se sont succédées dans cet édifice pendant plus de 650 ans. Génération après génération elles ont entretenu les lieux et laissé leurs traces. Grâce à la détermination humaine ce témoin de l’architecture militaire du XIVème siècle est encore debout. Malgré les peripéties à travers les siècles, le château suscite toujours la curiosité, mais c’est son jardin conçu pour intégrer le paysage qui est aujourd’hui visité. Claude de Montrichard, la fille de la châtelaine, nous en donne les raisons.
1806, 19 novembre : Claude-Nicolas Ledoux meurt à Paris, à l'âge de 70 ans. Deux siècles après sa mort, les œuvres de cet homme, reconnu comme un des architectes les plus fameux du 18ème siècle, marquent grandement le patrimoine bâti du Doubs. Mais il serait réducteur de ne parler de Ledoux qu'en tant qu'architecte, tant son œuvre intègre différentes dimensions, humaines comme techniques.