Reportage au coeur des Vaîtes

La Marie de Besançon a signé un arrêté destiné à mettre fin à l'occupation illégale des parcelles situées aux Vaîtes. Sur place la résistance s'organise pour faire reculer les autorités, reportage...

Depuis toujours ces lieux ont été investis par l'homme d'une manière ou d'une autre.
En effet, des rudiments d'habitat ancestral datant de l'époque gallo-romaine ont été découverts. D'autres éléments de la situation géologique attestent de la richesse du sol des Vaîtes. L'identité de ce quartier réside dans l'horticulture et, de plus en plus, avec les défenseurs, dans le maraîchage dont ces derniers brandissent les meilleurs arguments. il suffit d'aller partager avec eux la popote des potes pour s'en rendre compte.

Ceux qui sont présentés comme des zadistes préfèreront qualifier ces lieux de "Zone à Protéger" (ZAP) plutôt que de ZAD. Le terme ZAD, pour Zone à Défendre, est généralement retourné avec mépris par les détracteurs.

Sur la ZAP justement, tout est question de partage. il y a des jardins partagés, des ateliers d'aménagement (pour agrémenter dans le respect de la nature l'espace de vie).
Sur place il y a les permanents, puis ceux qui y viennent souvent, d'autres plus occasionnellement. Ce sont alors des personnes du secteur.
Ensuite il y a les curieux intéressés d'abord par des animations qu'organise l'association Jardins de Vaîtes comme des moments festifs avec ou sans spectacle.
La structure assure même, en bon communicant, la visite guidée de l'ensemble du site où se tiennent fréquemment des débats thématiques et des conférences avec invités extérieurs venus parfois de loin !
Cela permet d'échanger sur les expériences d'autres zones menacées. Celle des Lentillères à Dijon notamment, qui permet d'éclairer les Vaîtes sur les écueils. Aussi, les Bisontins vont soutenir les Dijonnais et réciproquement.

D'ailleurs à Dijon le 24 juillet dernier, une descente d'agents municipaux dépêchés pour faire danser les pelleteuses et tenter de broyer les jardins qui se trouvent là, a fait face à un mur de résistance. Les sentinelles des lieux réveillées par l'arrivée des engins ont réagi en formant un bouclier humain.
Côté Besançon, la dernière intervention des autorités date d'un matin très pluvieux de juin où exactement 22 policiers devaient déloger la tour conçue par les zadistes. La "Vigie", cette fameuse tour de vue à distance de huit mètres de haut, érigée artisanalement le 17 juin dernier à "l’Appel national contre la réintoxication du monde". 
Elle se retrouve au centre de l'antagonisme, cristallisant les dissensions entre défenseurs de la zone verte et les acteurs promouvant le projet d'écoquartier.

Aux yeux de la nouvelle municipalité de Besançon cette construction sur les propriétés de la SPL Territoire 25 montre une défiance. Et au conseil municipal, majorité et opposition s'accordent volontiers sur la bétonisation, avec des propositions pas forcément identiques ou à la marge.
Une épée de Damoclès volette au-dessus de la Vigie, dont Anne Vignot, édile EELV de Besançon, promet une déconstruction "au regard de la hauteur de l'édifice, des fondations de la structure et de l'absence d'éléments de sécurité".
Ceci fait rebond au sursis laissé à la zone verte par le Conseil d'État. En effet, si l'institution donne un avis pas vraiment tranché, l'association Jardins des Vaîtes a obtenu d'elle une suspension du lancement des travaux de bétonisation.
Un bras de fer à suivre.

Fred D Rico
_____________________________________________________________________________________________________________________________________

- SAMEDI 22 AOUT =  Pour les deux mois de la Vigie :
au programme,  goûté partagé / Atelier participatif / création d'abris pour animaux / animation musicale.

____________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Une pétition de Soutien à la Vigie des Vaites est = en ligne 
 
"Nous, associations, collectifs citoyens, avons été nombreux·ses à nous rendre sur le site de la Vigie des Vaîtes. Cette Vigie a été érigée le 17 juin à l’Appel national contre la réintoxication du monde. Cette action de désobéissance civile initiée par Extinction Rébellion et Action Non Violente ANV-COP21 a donné naissance aujourd’hui à un collectif militant riche, pluriel, ainsi qu’à une vie sociale, écologique, artistique féconde sur ce bout de terre des Vaîtes.

Cette action contre la réintoxication du monde s’inscrivait dans une perspective large :

·       Les surfaces cultivables diminuent avec l’urbanisation continue qui entraîne la disparition de plus en plus rapide des terres agricoles ( 54 000 ha de terres agricoles disparaissent, chaque année, en France : l’équivalent d’un département est ainsi englouti sous le goudron et le béton, tous les 7 ans).

·       Le réchauffement climatique nous impose de revoir l’urbanisme de nos villes pour en garder les espaces végétalisés, zones de fraicheur essentielles.

·       De même, celui-ci nous expose à des canicules et sècheresses massives. Or, les Vaîtes sont une zone humide dont la préservation est nécessaire.

·       Les crises énergétiques présentes et à venir doivent nous amener à maintenir et relocaliser la production alimentaire au plus proche des habitations.

·       Oui. L’actuelle occupation des jardins des Vaîtes relève d’une action de désobéissance civile, c’est à dire une action, certes non légale, mais légitime. La Vigie des Vaîtes est également un lieu d’expérimentation de nouvelles formes sociales, de rapports plus égalitaires – fraternels et sororaux, de cohabitation nouvelle avec le vivant, d’apprentissage de nouvelles manières d’être écologiques et solidaires.

C’est pourquoi nous demandons à la Municipalité et à Madame la Maire de Besançon de ne pas avoir recours à la force dans ce dossier des Vaîtes. Il faut retrouver la voie du dialogue. Une évacuation violente du site, un recours à la police serait un très mauvais symbole en ce début de mandat, que nous espérons le plus écologique, démocratique et social possible."

 

 

le 17 août, 2020
Connectez-vous pour commenter