Un bilan très positif pour les Eurockéennes de Belfort 2019

Du jeudi 4 au dimanche 7 juillet avait lieu la 31ème édition des Eurockéennes de Belfort. Faisons le bilan de ce festival qui, chaque année, dépasse les 125 000 entrées...

La conférence bilan du festival des Eurockéennes comprenait Matthieu Pigasse (photo 1), président de l'association Territoire de Musiques organisatrice des Eurockéennes, Jean-Paul Roland (photo 2), directeur de cette même association, Kem Lalot (photo 4), unique programmateur de cette édition du festival, Frédéric Adam (photo 3), responsable partenariat du festival et Marie-Claude Chitry-Clerc, vice-présidente du département du Territoire de Belfort.

Des objectifs largement atteints 

Aujourd'hui, difficile de rester dans le top face à la hausse du nombre de festivals développés en France mais "on a une nouvelle fois atteint, voire dépassé [...] les objectifs qui sont les nôtres dans un environnement difficile voire très difficile" (Matthieu Pigasse). Rares sont les festivals qui gardent la tête hors de l'eau grâce à une programmation originale et une identité bien définie. Pour les Eurockéennes, c'est "un moment de fête rare, de communion, de convivialité rare entre festivaliers bien différents (âge, milieu social, localisation)".

Ainsi, l'objectif des 125 000 entrées est dépassé malgré le lancement des ventes lors des premières manifestations des gilets jaunes en novembre dernier, qui avaient touché la consommation des français. Dimanche, en début de soirée, le festival avait vendu entre 125 000 et 130 000 entrées.

Enfin, le cashless (paiement sans contact avec carte rechargeable) a eu un franc succès pour son premier lancement. Après plus de quatre ans de travail sur le sujet, Frédéric Adam ne peut être que fier de cette nouvelle façon de payer durant le festival "c'était un gros enjeu mais ça s'est très bien passé", malgré le stress.

Adieu la pollution !

Passer de 80 000 bouteilles d'eau en plastique à seulement 15 000... là est le gros changement pour cette édition des Eurockéennes ! La création de gourdes a suivi cette politique anti-pollution... et les stands ont joué le jeu ! Ils ont même banni les couverts en plastique du festival. 

Frédéric Adam, responsable partenariat des Eurockéennes

Le Malsaucy est une presqu'île à conserver dans le Territoire de Belfort. Avec un environnement naturel sensible, il était nécessaire pour Marie-Claude Chitry-Clerc de préserver le site. Selon elle, substituer des bouteilles d'eau est une idée géniale mais très difficile à mettre en place : elle félicite ainsi les progrès du festival pour faire évoluer le nombre de bouteilles d'eau vendues durant les quatre jours de fête.

Depuis deux ans, une politique de réduction des micro-déchets (notamment les mégots de cigarette) a été mise en place au sein du festival. Ainsi, plus de 400 cendriers ont été installés, dans le festival et son camping, et une brigade distribuait aux festivaliers des petits cendriers portables. Au total, plus de 50 000 mégots (soit douze kilogrammes) ont été collectés, sachant qu'un mégot peut polluer jusqu'à 500 litres d'eau.

Enfin, le local est à l'honneur avec la cancoillotte des Eurockéennes, produite à base des plantes du Malsaucy. Elle sera d'ailleurs vendue en permanence dans la région.

 

Top 6 des concerts selon Kem Lalot

1. The HU

2. Supreme NTM

3. Angèle

4. Nekfeu

5. Ninho

6. Franck Carter

 

Retrouvez toutes les photos du festival ici.

 

 

le 08 juillet, 2019
Connectez-vous pour commenter