Le château de Cléron

Claude de Montrichard, nous raconte l’histoire du château de Cléron...

 

Au XIVe siècle, le Château de Cléron n’est pas un château, mais une maison forte, installée pour protéger le passage à gué de la rivière contre les brigands. Rappelons qu’à cette époque, Cléron est sur l’une des routes du sel en direction de Besançon.

Une tour de guet, tour la plus haute, est donc érigée pour surveiller la vallée. Un donjon plus court, mais plus massif, est construit pour se réfugier en cas d’attaque ainsi qu’un corps de logis pour stocker armes et provisions. À l’étage, le seigneur, sa famille et les soldats sont logés, ce qui forme une petite garnison.

Sous Louis XI, Cléron est attaqué puis brûlé et reconstruit avec quelques agrandissements, toujours pour un rôle militaire. Au XVIIe siècle, lorsque la Franche-Comté est rattachée à la France, le château est vendu à une famille franc-comtoise, les Terrier. Riche aristocrate, M. Terrier est emprisonné au moment de la Révolution. Pendant ce temps, le château de Cléron devient une ferme où poules, vaches et foin envahissent la demeure. Après la Révolution, la famille Terrier revient appauvrie. Après avoir épousé une fille riche, l’un des fils Terrier a pu restaurer le château. Les générations se succèdent et une fille Terrier épouse un Montrichard, originaire de Nans-Sous-Sainte-Anne. C’est la quatrième génération de Montrichard qui habite actuellement Cléron.

Mais le château n’a connu sa forme actuelle, que lorsque Nicolas Terrier en est propriétaire. Il ajouta la façade Jean de Vienne ouverte de grandes fenêtres, des chambres et des salles de bains pour rendre la vie de famille plus confortable. Au XXe siècle, la tour de l’horloge est reconstruite, le pavillon et le cloître également. L’une des caractéristiques du château est qu’il a toujours été habité et entretenu sans discontinuer, ce qui fait qu’il est encore dans cet état aujourd’hui et que l’on trouve encore des marques du XIVe siècle.

Légende
L’Empereur Charles le Chauve, après avoir défait au bord du Doubs le comte de Bourgogne qui s’était révolté contre lui, voulut récompenser les guerriers bourguignons qui avaient combattu à ses côtés. Il dit à l’un d’eux : « Je
te donne le clairon d’argent de mon grand-père Charlemagne. Sonne de ce clairon, tout le pays où on l’aura entendu sera à toi ». En bord de Loue, tout le pays où le son du clairon avait été entendu revint au jeune chevalier. Sur le rocher où il avait sonné, il construisit son château « du clairon ».

Le parc du château se visite en été (juillet/août), tous les après-midis sauf les lundis.

ECOUTEZ LE PODCAST : ICI


Propos recueillis par Sophie GARNIER

le 29 janvier, 2015
Connectez-vous pour commenter