Manoeuvres : rupture de contact vers Mouthe et défense d’usure...

460 militaires pour des manoeuvres et exercices d’envergure, à Amancey, Ornans, Pontarlier, Mouthe.
JURA 2013 [Amancey / Ornans / Pontarlier / Mouthe], manoeuvres et exercices militaires d’envergure du 3 au 10 novembre 2013...

Pontarlier accueillera le 2e REP du 6 au 8 novembre prochains pour un exercice d’entraînement en zone urbaine, qui permettra au Régiment d’éprouver certaines procédures de manoeuvres du combat à pied, des techniques particulières du combat en localité et la « capacité d’encaisse physique » de ses légionnaires.

JURA 2013, un exercice interarmes (460 militaires)
Trois unités du 2e REP : les 3e et 4e compagnies et la compagnie de commandement et de logistique, ainsi qu’une équipe du Groupe de commandos parachutistes de la compagnie d’éclairage et d’appui, seront appuyées par :
- une section du 17e Régiment du génie parachutiste (Montauban)
- deux équipes d’observateurs d’artillerie du 35e Régiment d’artillerie parachutiste (Tarbes)
- deux patrouilles d’hélicoptères et elles affronteront des forces adverses composées d’éléments du 13e Régiment du génie (Valdahon) et du 152e Régiment d’infanterie (Colmar).

Prise de contrôle de Pontarlier, un exercice à blanc grandeur nature
Le 2e REP mènera des exercices de combats au coeur de la ville du 6 au 8 novembre, afin d’approcher et de saisir des objectifs, sécuriser des accès, assurer une liberté de circulation... dans le cadre de cette opération JURA 2013.
Ces manoeuvres qui ont pour objectifs de chasser les forces « ennemies » vers Mouthe impliqueront une présence de légionnaires en ville avec usages de tirs à blanc au cours de combats de rue.
Tous ces exercices sont réalisés avec des « munitions d’exercice à blanc » et sont sans aucun risque de projections ou de dommages pour la population.
Au-delà de quelques nuisances sonores (déplacement de troupes, tirs à blanc, passages d’hélicoptères...), la population pourra circuler librement de jour comme de nuit, sans entrave et sans interférer avec l’exercice en cours.

Tout est mis en oeuvre pour ne pas perturber le quotidien des Pontissaliens, néanmoins l’ampleur des exercices et leur caractère inhabituel peuvent surprendre. Pour toutes questions relatives à cet exercice, la population est invitée à contacter la Mairie de Pontarlier, Service Relations Publiques au 03 81 38 81 47.

Rappel des étapes de l’exercice
3 novembre 2013 : mise en place, infiltration à pied vers Amancey-Chantrans. Surveillance d’objectifs.
4 novembre : saisie de Amancey-Chantrans-Bolandoz et de la ligne de crête suivante. Surveillance des objectifs Evillers- Septfontaines.
5 novembre : saisie de Evillers-Septfontaines. Saisie de Sombacour, Bians-les-Usiers et Goux-les-Usiers. Saisie de la crête suivante, de la côte de fol et surveillance de Pontarlier.
6 novembre : saisie de Pontarlier et ses abords. Contrôle de zone du milieu urbain.
7 novembre : Contrôle de zone du milieu urbain. Reconnaissance d’objectifs particuliers.
8 novembre : Contrôle de zone du milieu urbain. Rupture de contact vers Mouthe et défense d’usure.
9 novembre : Défense d’usure, coup d’arrêt et rupture de contact.
10 novembre : Défense d’usure, coup d’arrêt et rupture de contact et recueil. Fin d’exercice.

Détails des opérations :
Si la vocation du 2e REP est de se tenir prêt à l’engagement d’urgence, en version motorisée ou aéroportée, seul ou dans le cadre plus large d’une force nationale ou internationale, la préparation de cet engagement se traduit par une ambition élevée en termes d’instruction et d’entraînement. C’est à ce prix que le 2e REP aborde et remplit le contrat opérationnel fixé au régiment par la 11e Brigade parachutiste.

JURA 2013, un exercice interarmes
L’exercice JURA 2013 est une manoeuvre interarmes en terrain libre sur le continent, de deux compagnies de combat et l’unité de commandement et de logistique du 2e REP avec leurs appuis. Il a pour but de parfaire et valoriser l’entraînement foncier des unités, en réalisant une manoeuvre d’infanterie légère (à pied) de plusieurs jours, en terrain inconnu.
En outre, il doit permettre de juger du degré d’atteinte de leurs objectifs des unités de combat et de logistique, avec une insistance marquée dans trois principaux domaines :

- l’entraînement à la manoeuvre à pied, du niveau de la compagnie et du régiment : pour être toujours en mesure de répondre à l’exigence de toute situation, c’est dans ce domaine que le 2e REP place l’effort de travail des unités et du poste de commandement. L’aisance dans la conception, la conduite et la réalisation de la manoeuvre tactique en est le but à atteindre, quel que soit le niveau de commandement.

- l’entraînement au combat en localité : le combat en milieu urbain représente un concentré de toutes les difficultés tactiques et techniques possibles. Pour autant, c’est un contexte de travail favorisant la prise d’initiative des chefs tactiques et le développement de techniques de tir, de mise en oeuvre des appuis, de procédures d‘évacuation des blessés ou de recomplétements logistiques.

- développement de la « capacité d’encaisse » par l’aguerrissement : le combat aéroporté impose une solidité physique entretenue. C’est pourquoi la capacité à durer sur le terrain, à supporter des conditions climatiques difficiles qui concourent à augmenter la rusticité des combattants, constituent la base de la préparation opérationnelle.

Participants
Trois unités du 2e REP, les 3e et 4e compagnie et la compagnie de commandement et de logistique, ainsi qu’une équipe du Groupe de commandos parachutistes de la compagnie d’éclairage et d’appui, conduiront une phase préparatoire d’instruction au camp de Valdahon, avant l’exercice.
Après cette période d’entraînement décentralisé, les unités extérieures en renforcement pour les besoins de l’exercice rejoindront le dispositif régimentaire :
Jouant les appuis du 2e REP :
- une section du 17e Régiment du génie parachutiste (Montauban)
- deux équipes d’observateurs d’artillerie du 35e Régiment d’artillerie parachutiste (Tarbes)

Jouant la force adverse (FORAD) :
- deux sections avec un élément de commandement, du 13e Régiment du génie (Valdahon)
- deux sections avec un élément de commandement, du 152e Régiment d’infanterie (Colmar)

Zone d’action
L’exercice a lieu dans le quadrilatère AMANCEYORNANS-PONTARLIER-MOUTHE.

Déroulement sommaire
3.11 : mise en place, infiltration à pied vers Amancey-Chantrans. Surveillance d’objectifs.
4.11 : saisie de Amancey-Chantrans-Bolandoz et de la ligne de crête suivante. Surveillance des objectifs Evillers-Septfontaines.
5.11 : saisie de Evillers-Septfontaines. Saisie de Sombacour, Bians-les-Usiers et Goux-les-Usiers. Saisie de la crête suivante, de la côte de fol et surveillance de Pontarlier.
6.11 : saisie de Pontarlier et ses abords. Contrôle de zone du milieu urbain.
7.11 : Contrôle de zone du milieu urbain. reconnaissance d’objectifs particuliers.
8.11 : Contrôle de zone du milieu urbain. Rupture de contact vers Mouthe et défense d’usure.
9.11 : Défense d’usure, coup d’arrêt et rupture de contact.
10.11 : Défense d’usure, coup d’arrêt et rupture de contact et recueil.
Fin d’exercice.

le 07 octobre, 2013
Connectez-vous pour commenter