Le service de police municipale d’Ornans

Depuis le 1er décembre 2001, la ville d’Ornans a créé un poste de Policier Municipal occupé par Philippe Lambey. Rencontre...

 

V&P : Que faut-il faire pour devenir policier municipal ?
M. Lambey : Il y a un concours spécifique à passer. Il comporte une épreuve écrite, en général c’est un rapport sur ce que l’on appelle un événement, par exemple un accident. Ensuite, il y a une épreuve sportive avec saut en hauteur, course à pied et enfin une épreuve orale devant un jury qui peut comprendre le Procureur de la République, un commissaire de police et des hauts fonctionnaires territoriaux.

V&P : Est-ce que vous êtes assermenté ?
M. Lambey : Oui. La prestation de serment est obligatoire. Je suis donc passé au Tribunal d’Instance, prêté serment et ai été assermenté pour Ornans par le juge.

V&P: Qu’est-ce qui vous intéresse le plus dans ce métier ? 
M. Lambey : C’est le contact direct avec la population et le service public que l’on apporte aux gens.

V&P : En quoi consiste votre travail ?
M. Lambey : Il faut savoir que le Maire a une mission de sécurité publique dans sa commune. Dans les petites communes, c’est le Maire qui fait respecter la sécurité avec les gendarmes. Dans une ville comme Ornans, ce n’est pas possible de travailler en permanence avec la gendarmerie étant donné l’importance de son travail. Alors, pour Ornans, le Maire fait respecter son autorité par le biais de sa police municipale. Il est, de ce fait, mon supérieur hiérarchique. Mes principales missions sont la circulation et le stationnement.

V&P : Travaillez-vous souvent de concert avec la gendarmerie ?
M. Lambey : Oui et ce par obligation, parce que pour les délits et contraventions, nous avons le même “patron” : le Procureur de la République. Dès qu’un délit est constaté, je dois faire passer un rapport obligatoirement par la gendarmerie et c’est elle qui s’occupe de l’enquête.

V&P : Quelle serait pour vous la définition du civisme ?
M. Lambey : Pour moi, c’est le respect des lois qui existent tant au niveau national que local. Le Maire a des pouvoirs réglementaires (Arrêtés Municipaux) qu’il m’incombe de faire respecter.

V&P :  Que pensez-vous du port d’arme s’agissant des policiers municipaux ?
M. Lambey : D’un point de vue personnel, je suis pour, en ce qui concerne le personnel institutionnel soumis à l’uniforme (comme la gendarmerie, la douane, la police municipale), à condition qu’il reçoive une formation appropriée avec suivi. Je pense que l’arme renforce par la crainte le respect dû à l’uniforme. J’ai, par exemple, le droit de menotter quelqu’un dans le cadre d’une constatation de délit , en cas de force majeure. D’un point de vue objectif, je ne porte pas d’arme. Pour que je puisse porter une arme, il faut que le Maire en fasse une demande extrêmement motivée au Préfet.

V&P : Comment se partage votre temps entre les bureaux et le terrain ?
M. Lambey : Environ 40% de bureau et 60% de terrain.
Bureau. Il y a beaucoup d’administratif comme : gestion du service, des arrêtés en général, demandes d’autorisation du domaine public, police funéraire, gestion de la foire, de la fête, des manifestations…
Terrain. Il s’agit des patrouilles, du contact avec les personnes, des interventions sur des litiges de voisinage, de l’environnement, des sorties d’écoles etc.

V&P : Estimez-vous que pour Ornans un collègue vous serait utile ?
M. Lambey : Oui, il faudrait que nous soyons 2 ou 3. Par exemple, au niveau de la sécurité sur la voie publique, il vaut mieux être 2 que seul parce qu’on ne sait jamais ce que peut faire une personne appréhendée.

V&P : Un dernier mot ?
M. Lambey : Il serait bien que la population se responsabilise surtout au niveau des stationnements et de la circulation en ville. Cela arrangerait bien des problèmes.
Signalons que le bureau de M. Lambey se trouve à la Mairie.
Contact : 03.81.62.40.30
Entretien : Jérome Colantuono
le 01 octobre, 2004
Connectez-vous pour commenter