Entrez au Château de Cléron

Trois familles se sont succédées dans cet édifice pendant plus de 650 ans. Génération après génération elles ont entretenu les lieux et laissé leurs traces. Grâce à la détermination humaine ce témoin de l’architecture militaire du XIVème siècle est encore debout. Malgré les peripéties à travers les siècles, le château suscite toujours la curiosité, mais c’est son jardin conçu pour intégrer le paysage qui est aujourd’hui visité. Claude de Montrichard, la fille de la châtelaine, nous en donne les raisons.

Villages FM :  Concrètement comment se passent les visites du château ?
Claude de Montrichard :
Elles sont faites de manière libre, avec des explications sur papier, jusqu’au 31 août tous les après-midis sauf le lundi.

Villages FM : Pourquoi seul le jardin du château est à visiter ?
Claude de Montrichard :
Et pourquoi toujours forcément l’intérieur. Est-ce que les gens ne souhaitent pas que l’on respecte également leur vie privée ? Ce château est habité. C’est peut-être le drame. Ma mère est encore en vie. Elle a donc le droit de vivre tranquillement dans un château qui n’est pas confortable, mais où nous vivons tout de même. Pendant plus de trente ans on le visite et les vingt premières années on a visité les trois pièces principales où nous vivons. Ce n’était pas commode lorsque l’on déjeunait. Il fallait se presser parce qu’il fallait quitter rapidement les lieux pour que les touristes puissent visiter. Et puis, on a arrêté pour deux raisons. Des cambriolages suites aux visites. La police des objets d’art et notre compagnie d’assurance nous ont dit : ‘‘C’est terminé. Vous faites visiter l’intérieur que si vous enlevez tous les objets.’’ Donc aucun intérêt à montrer des pièces vides.

L’autre raison est que les visiteurs changent avec le temps et on avait pas les mêmes réactions qu’au début. Ils estimaient n’avoir rien vu parce qu’ils ne voyaient pas nos salles de bains ! Par conséquent on visite uniquement le jardin.

Villages FM : Comment pourriez-vous décrire ce jardin  ?
Claude de Montrichard :
Le jardin  est enserré par la route et le ruisseau de Fertans. De par sa fonction militaire, il n’y avait à l’origine même pas de jardin autour.Vous pouvez voir maintenant après l’entrée en graviers traditionnelle, un jardin vert avec du gazon et des allées de graviers soulignées par des haies de buis. Tout cela est destiné à respecter la sévérité du bâtiment militaire et se trouve en accord avec les roches alentours. Pour égayer quand même un peu, il y a, rapporté du jardin d’un hôtel de Besançon, un kiosque qui est une rareté datant de 1770 que regardent des lions de pierre.J’aime beaucoup la paix et la sérénité de ce jardin conçu pour lier ce sévère bâtiment et la Loue très romantique. J’ose espérer que quelques visiteurs l’apprécient aussi.

M.L. P. 

le 17 août, 2006
Connectez-vous pour commenter